Quel avenir pour les arbres « champêtres »?

Sur une parcelle « Afterres2050 », l’association des cultures et des variétés est la règle. Les systèmes performants associent en effet différentes cultures, soit dans le temps (cultures intermédiaires), soit sur une même surface (cultures associées) ou soit dans un plan vertical (agroforesterie).

La multifonctionnalité des arbres et de leurs structures, en particulier, constituent des atouts pour les agriculteurs qui font le choix de les entretenir ou de les replanter: habitats pour les auxiliaires des cultures, revenu complémentaire avec la production de biomasse, protection contre les effets destructeurs du vent, séquestration de carbone… Autant de raison de les « chouchouter »!

Dans un récent essai publié par « Signé PAP », Philippe Pointereau revient sur la place de l’arbre dans « les campagnes arborées de demain » et détaille plus précisément, chiffres à l’appui, ces bénéfices. Sa conclusion est sans appel: « Le changement escompté prendra du temps, car l’arbre a un point faible: il est long à pousser. Alors il est plus que temps d’agir! ».

Les notes « Signé PAP » sont publiées par le collectif Paysages de l’Après Pétrole, qui rassemble des experts de différentes disciplines, intéressés par les évolutions de notre paysage et sa place dans la transition énergétique.

Faites-nous part de vos questions ou réactions en commentaires!

The following two tabs change content below.
Anne-Laure Constantin
Responsable communication de Solagro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *