Prélèvements de bois en forêt : les hypothèses d’Afterres2050

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

Réduction des importations de bois, notamment de bois non certifié issu de la déforestation, augmentation du recours au bois dans la construction, bois énergie : la forêt française joue un rôle central dans Afterres2050.  Le scénario montre qu’il est possible d’augmenter les prélèvements en forêt, tout en améliorant ses services écologiques, dans un contexte climatique qui devrait toutefois devenir de moins en moins favorable.

Notre forêt va croître et capitaliser du bois jusqu’en 2030

La forêt française continue à croître année après année, tant en surface, même si elle ralentit qu’en volume de bois sur pied : 1,4 milliards de m3 en 1970 et 2,5 milliards de m3 aujourd’hui. La productivité annuelle augmente également et se situe autour de 85 Mm3 par an, pour la seule forêt de production, soit 15,4 Mha aujourd’hui (à l’exclusion des forêts de protection et des espaces arborés hors statistique forestière).

Dans le scénario Afterres2050, la surface continue à augmenter légèrement, et la production biologique annuelle également, pour plafonner un peu au dessous de 95 Mm3 en 2030.

Passé cette date, de nombreux signaux semblent indiquer que la forêt française va souffrir des conséquences du changement climatique, d’une part par stress hydrique, et d’autre part du fait des maladies et ravageurs.

Nous avons donc jugé prudent, de considérer que la productivité n’augmentait plus, voire diminuait après 2030.

Les forestiers raisonnent en « bois fort tige », c’est-à-dire le tronc de l’arbre, qui ne représente en moyenne que les deux tiers du volume de bois total. Ce que l’on appelle le « facteur d’expansion des branches » et qui mesure le rapport entre le volume de bois et le volume du bois fort tige, varie entre 1,3 pour les résineux et 1,6 pour les feuillus, en moyenne. Pour l’ensemble de la forêt française, la production biologique annuelle serait donc de 141 Mm3 à son maximum en 2030.

Production_biologique_foret

Production biologique bois fort tige (Mm3/an) : historique 1970–2010 et hypothèses prospectives (Solagro)

Sur ce total, nous considérons qu’il est possible d’en prélever 75%, conformément aux recommandations de France Nature environnement (FNE) sur 90% de la forêt de production pour tenir compte des difficultés d’accès, donc un taux de prélèvement global à ne pas dépasser de 70%. Soit un volume prélevable maximum de 98 Mm3 en 2050.

Mm3 (vol. total aérien) 2010 2030 2050
Production biologique :
– bois fort tige 86 94 93
– Volume total aérien 129 141 140
Taux de prélèvement 46% 58% 70%
Quantités prélevées 59 82 98
Bois matériau ~ 34 41 47
Bois énergie ~22 33 41
Pertes d’exploitation 6 8 10
The following two tabs change content below.
Christian Couturier

Christian Couturier

"Expert ès transition énergétique", Christian Couturier, modélisateur du scénario Afterres2050 est également contributeur du scénario négaWatt et directeur du pôle énergie de Solagro.

Une pensée sur “Prélèvements de bois en forêt : les hypothèses d’Afterres2050

  1. Pierre Béranger

    En forêt de montagne, l’accès est souvent rédhibitoire, d’importantes surfaces restent inexploitables. Les effets de mode sur le type de bois ( actuellement il doit être clair et dur ) limitent aussi les débouchés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *