Télécharger la dernière version du scénario Afterres2050.

Pour commander la version papier, le bulletin à nous retourner accompagné du règlement est ici !

Afterres2050 : un scénario et deux variantes.

Afterres2050 est le fruit de plusieurs années de travaux commencés en 2011 par Solagro. Une première version du scénario a été publiée en 2013, suivie d’une nouvelle version en 2016, consolidée par les travaux menés dans des régions volontaires.

Ce nouveau scénario Afterres2050 est désormais présenté avec :

  • le scénario tendanciel de notre système agricole et alimentaire, toutes contraintes égales par ailleurs (notamment climatiques),
  • une variante SAB pour « santé, alimentation, biodiversité »,
  • une variante REP pour « résilience et production ».

Ces variantes  permettent de mieux appréhender l’impact des options prises en matière de modélisation.

Une prospective systémique pour nourrir un débat à enjeux multiples

Ouvrir un débat pluridisciplinaire sur des bases chiffrées, pour relever de nombreux défis inter-dépendants : tel est l’objectif d’Afterres2050. Comment nourrir une population plus nombreuse en 2050 ? Comment nourrir aussi nos cheptels, fournir du carbone renouvelable pour l’énergie, la chimie, des biomatériaux alors que l’équivalent d’un département français est artificialisé tous les ans ?   Est-il possible d’y parvenir en préservant la santé des populations, en restaurant la biodiversité, en luttant contre le changement climatique ?

Revisiter nos besoins, relier l’offre et la demande

Afterres2050, à l’image du scénario négaWatt dont il partage la philosophie et les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre – pose en préalable la révision de l’ensemble de nos besoins – alimentaires, énergétiques, d’espace,…  – afin de les mettre en adéquation avec les potentialités de nos écosystèmes. Il s’agit de raisonner à la fois sur l’offre et la demande. Afterres2050 fait également confiance dans notre capacité à adopter des comportements plus sobres, plus soutenables, notamment en matière alimentaire.

Le coeur d’Afterres2050 ? MoSUT, sa matrice de modélisation

MoSUT est une matrice de modélisation de l’utilisation des terres conçue par Solagro. MoSUT met en correspondance des tonnes de productions agricoles, des hectares de cultures, de forêts, des rendements, des m3 d’eau, des tonnes d’engrais et de produits phytosanitaires… avec nos besoins – présents et futurs – en aliments, en matières premières. Ces données varient en fonction de facteurs externes comme le climat, les sols, la démographie, les surfaces disponibles. Les trajectoires issues des modélisations varient en fonction des arbitrages, mais le scénario dit « Afterres2050 » est le scénario qui nous semble le plus équilibré, le plus réaliste, et le plus solidaire en matière d’exportation.

MoSUT a été utilisé pour d’autres travaux, notamment par l’ADEME, pour définir les trajectoires 2030–2050 mises en débat pendant la préparation de la loi sur la transition énergétique.

 Les valeurs et les choix du scénario

Le chemin proposé s’appuie sur les meilleurs systèmes et les meilleures pratiques agroécologiques (et forestières) connues à ce jour. Il intensifie les mécanismes de production naturels, privilégie la reconquête de la fertilité des sols, intensifie les services écologiques rendus par la biodiversité. Cultures et animaux sont choisis pour leur rusticité, leur capacité d’adaptation aux terroirs et aux changements climatiques. Afterres2050 a également intégré les exigences de réduction des sur-consommations, des gaspillages de toutes natures (alimentaires, énergétiques, …), de bien être animal.

 Sur quels leviers repose Afterres2050 ?

  • Un rééquilibrage de notre régime alimentaire : il n’est ni tenable ni généralisable à 10 milliards d’êtres humains. Son empreinte climatique est très élevée du fait du poids de l’élevage dans notre agriculture et d’une alimentation très (trop) – riche en viande et en lait.
  • La généralisation d’une agriculture (et d’une sylviculture) multifonctionnelle qui s’apparente à l’agriculture biologique et à la production intégrée * (laquelle ne doit pas être confondue avec l’agriculture raisonnée).
  • Le maintien des flux d’import-export dans l’espace Europe et Méditerranée. C’est une question de solidarité envers des populations en insécurité alimentaire et climatique,
  • Une réduction massive des importations de protéines (soja) destinées à nourrir nos cheptels et son corollaire, l’extensification des systèmes d’élevage,
  • La réduction des gaspillages évitables durant toutes les étapes (transformation, distribution, consommations)
  • La réduction puis la stabilisation du rythme d’artificialisation des sols…

* Production intégrée, telle que définie par l’organisation internationale de lutte biologique et intégrée (OILB)

Ce qui changerait avec Afterres2050

  • Notre assiette

Elle contient en 2050 un tiers en plus de céréales, de fruits, de légumes, moins de sucre et jusqu’à deux fois moins de lait et de viande. Dans ses grandes lignes, le régime Afterres2050 résulte de compromis chiffrés et modélisés, fixés après consultation de nutritionnistes. C’est un régime qui s’apparente aux régimes méditerranéens d’aujourd’hui.

Les assiettes_afterres

Cliquer sur l’image pour connaître, en grammes, le contenu d’une assiette type en 2050, une assiette joyeuse et colorée, raisonnablement allégée en protéines animales…

  • L’agriculture renoue avec l’agronomie, la méthanisation recycle l’azote

association gram-legEn 2050, l’agriculture d’aujourd’hui, dite conventionnelle ou raisonnée, ne représente plus que quelques %. Le modèle dominant sera un continuum autour des meilleures pratiques et systèmes agroécologiques tels qu’ils sont connus, aujourd’hui, notamment :

  • L’agriculture biologique,
  • la production intégrée*
  • la simplification voire la suppression du travail du sol,
  • l’agroforesterie,
  • le déploiement à grande échelle des inter-cultures, des cultures associées, des rotations longues avec des légumineuses, avec en parallèle, le développement de la méthanisation, afin de boucler le cycle de l’azote, facteur clé des rendements.
  • Des impacts sur le climat et l’environnement fortement réduits.

En 2050, l’empreinte de notre système agroalimentaire s’est considérablement améliorée: les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture sont divisées par 2, les traitements pesticides sont divisés par 3, ainsi que la consommation d’engrais chimiques, les besoins d’eau pour l’irrigation en été sont divisés par 4.

  • Des créations nettes d’emplois.

Sur le front de l’emploi, Afterres2050, comparé à un scénario tendanciel, se traduit par la création nette de plus de 140 000 emplois dans les 15 prochaines années d’après les travaux menés par le CNRS/CIRED.

Débat citoyen, expertise scientifique

Depuis la toute première présentation publique du scénario, Afterres2050 a été présenté aux acteurs de terrain, agriculteurs, forestiers, élus, institutions, associations,…dans toutes les régions de France. Un tour de France d’Afterres2050, c’est en moyenne plus d’une quarantaine étapes-évènements chaque année ; rencontres, conférences, séminaires, formations.

Séminaire de restitution des déclinaisons régionales - Afterres2050, Nanterre, Oct. 2015 Copyrignt : réseau énergie - DGER

Afterres2050 a aussi aiguisé la curiosité de chercheurs d’horizons divers. Solagro les a réunis au sein d’un conseil scientifique qui couvre l’ensemble des thématiques concernées par Afterres2050, et même plus !
Son rôle ? Donner un avis sur les choix méthodologiques, proposer des axes prioritaires de développement, 
apprécier la validité des solutions ou des options prises au regard des 
connaissances actuelles, faire émerger de 
nouveaux thèmes de recherche, …