Quelle place pour les bioénergies dans négaWatt2017–2050 et Afterres2050?

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page

Durant le salon Biogaz Europe, qui vient de s’achever, Elen Devauchelle, chargée de mission Bioénergies à Solagro a présenté le volet biomasse du scénario Afterres2050. Elle a également présenté les complémentarités qui vont se tisser entre réseaux gaz et réseaux électriques, par le biais du power to gas, pour répondre, entre autres, aux nouvelles organisations territoriales de la production et de la consommation d’énergie.

Le volet biomasse du scénario Afterres2050 est de manière siamoise, le volet bioénergies du scénario négaWatt2017–2050. Les bioénergies sont un élément central des deux scénarios : elles couvriront en 2050, 40 % de nos besoins en énergie primaire (420 TWh), sans qu’il ne soit fait appel à des cultures énergétiques dédiées…
La biomasse mobilisée à des fins énergétiques proviendra essentiellement de matières dérivées d’autres usages, dans la logique de priorité des fonctions : Alimentation des hommes et des cheptels, fibres pour les matériaux, retour au sol des matières organiques fertilisantes, préservation de la biodiversité, énergie.

Le bois énergie est un dérivé de la filière « bois construction et ameublement », et de l’entretien des espaces hors forêts (haies, parcelles agroforestières). Le biogaz est produit à partir des résidus de cultures, de déjections, de biodéchets et de couverts végétaux, qui permettent de réduire les surfaces de sols « nus » entre les cultures. Afterres2050 et négaWatt projettent 10 000 méthanisateurs en 2050 qui produiront du biogaz (130 TWh) idéalement valorisé par injection dans le réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *